Le voyager me semble un exercice profitable. L’âme y a une continuelle excitation à remarquer les choses inconnues et nouvelles ; et je ne connais pas de meilleure école à former la vie que de lui proposer incessamment la diversité de tant d’autres vies, fantaisies et usages, et lui faire goûter une si perpétuelle variété de forme de notre nature. Le corps n’y est ni oisif ni travaillé et cette modérée agitation le met en haleine.

Advertisements